SHARE

Le virus Epstein–Barr appartient à la famille des Herpetoviridae et infecte 95 % de la population mondiale. Il a un tropisme pour les lymphocytes B , où il établit différents programmes de latence. La primo-infection est asymptomatique ou se manifeste  par la mononucléose infectieuse.

EBV virus à ADN bicaténaire induit deux types de tumeurs : Lymphome de Burkitt et le carcinome du rhinopharynx.

Multiplication

A la différence des autres virus, la réplication de L’EBV est associée à deux événements totalement différents.

  • Un cycle réplicatif : entrainant la production de nouveaux virions et provoque parfois la lyse cellulaire.
  • Prolifération cellulaire continu où seuls les gènes viraux de latence sont exprimés.

Etapes de la multiplication

Même étape de multiplication jusqu’à la pénétration  de l’ADB viral dans le noyau puis il y a :

  • soit prolifération cellulaire avec synthèse des protéines très précoce ( EBV+ Lymphocyte B) entraînant la prolifération à l’infini des cellules constituant une lignée Lymphoblastoïde humain
  • soit un cycle réplicatif qui est rare  avec la synthèse de protéines précoce, multiplication  de l’ADN, encapsidation, libération et lyse cellulaire.

Epidémiologie

L’EBV est un virus ubiquitaire , qui infecte 95 % de la population mondiale c’est un virus fragile et la transmission d’individu à individu se fait par la salive.

Le virus peut être transmit  par le sang et  la greffe d’organe.

Primo-infection survient entre 1-4 ans dans les pays pauvres, dans les pays  plus riches , elle survient lors de  l’adolescence  et chez les  adultes jeunes  ( 15-25 ans )  souvent asymptomatique  ou symptomatique ( MNI).

Physiopathologie

Le virus pénètre au niveau du rhinopharynx  , où il va  s’y multiplié  ( incubation  de 30 à 50 jours ), passage du virus dans le sang circulant entraînant la réponse immunitaire à médiation cellulaire : provoquant les signes de MNI ( adénopathie, syndrome mononucléosique, Angine) après guérison ( le virus reste à l’état latent au niveau de la cavité buccale).

Clinique

La mononucléose infectieuse (MNI) : fièvre, adénopathie, angine, asthénie, splénomégalie, ictère.

Complication : rupture de la rate, complications hématologique ou neurologique

Maladies malignes associées à l’EBV

Lymphome de Burkitt : monde entier mais existe en Afrique de l’est, Il touche les enfants de 7 à 9 ans  avec des atteintes maxillaire ou abdominale due à la prolifération cancéreuse d’un clone de lymphocyte  B contenant le génome EBV.

Remarque :

En zone endémique  96 % des lymphomes de Burkitt est associé à  l’EBV

Ce taux chute à 15 % dans les zones non endémiques.

Carcinome du rhinopharynx plus fréquent en chine, rare en Afrique, touche les adultes, la cellule cancéreuse est une cellule épithéliale infiltrée de nombreux lymphocytes (présence dans les cellules cancéreuses de l’ADN virale EBV).

Maladie de Hodgkin (detection du génome EBV)

Chez le malade infecté par le virus HIV

  • Lymphome non Hodgkinien
  • Lymphome Hodgkinien

Diagnostic

Diagnostic Indirect

Diagnostic sérologique non spécifique

Recherche des anticorps  hétérophiles de la MNI : mise en évidence des IgM qui apparaissent vers le 8 ème jours  et disparaissent  après quelques mois .

  • Recherche de Paul-Bunnel-Davidsohn : recherche des anticorps hétérophiles agglutinant les hématies du mouton et lysant les hématies de bœuf.

Tests sur lame ( MNI test) : détection des anticorps hétérophiles dirigés contre  des hématies de cheval fixées au formol.

Diagnostic sérologique spécifique: recherche d’anticorps anti EBV.

  • Technique IF : technique de référence permettant la recherche d’anticorps spécifiques contre des protéines virales de l’EBV ( EBNA,VCA, EA).
  • Techniques immunoenzymatique

Diagnostic direct

Isolement du virus sur culture cellulaire sur lymphocyte B  provenant du sang du cordon ombilical.

Biologie moléculaire : PCR

Comments

comments

NO COMMENTS

Laisser un commentaire