Il existe deux types de complications du diabète  :

  • Complications aiguës (le coma).
  • Complications chroniques (les micro et macro angiopathies).

Complications aiguës

Le coma diabétique est une urgence médicale, on y retrouve quatre entités bien distinctes : le coma acétocéosique, acido-lactique, hyperosmolaire et hypoglycémique.

Coma acétocétosique

Le coma acétocétosique est observé lors du diabète de type I.  Il s’agit du début de diabète, il est aussi appelé diabète inaugural. La cause principale de cette complication est la carence accrue en insuline.

Biologie

Biologiquement, il y a une hyperglycémie, glycosurie, cétonémie avec cétosurie, acidose (le pH sanguin étant bas inférieur à 7.30), les bicarbonates sont bas, une hyperkaliémie est observée.

Clinique

Cliniquement le sujet reste conscient, il peut avoir une asthénie, déshydratation responsable d’une polydipsie et une polyurie, hypotension, tachycardie, nausée, vomissement, trouble visuel, dyspnée avec une respiration ample et bruyante.

Coma acido-lactique

Il est dû à la Prise de glucophage, celui-ci empêche le recyclage des lactates.

Biologie

Biologiquement, une acidose sanguine et une augmentation du lactate sont observées.

Clinique

Les signes cliniques sont : douleur abdominale, nausées, vomissement et une tachycardie

Coma hyperosmolaire

Observé lors du diabète de type II, il est dû à une hyperglycémie avec polyurie osmotique observée lors de situation de DSH (vomissements, diarrhée, infections …etc.) surtout chez les diabétiques âgés.

Biologie

Hyperglycémie > 6 g/L, hypernatrémie, absence de cétosurie et d’acidose.

Clinique

Déshydratation, sécheresse buccale, fatigue intense, hypotension.

Coma hypoglycémique

Causé par un repas insuffisant par exemple, exercice physique, erreur dans le dosage ou l’administration de l’insuline, surdosage des antidiabétiques, méconnaissance des symptômes.

Biologie

Glycémie < 0,6  g/L.

Clinique

Faim impérieuse, tremblement, sueurs, céphalée, palpitation.

Complications chroniques

Les complications chroniques sont liées aux effets délétères du glucose à l’état moléculaire non ionisé, on y retrouve :

La microangiopathie

Atteinte des petites artères, d’où l’appellation microangiopathie, qu’elle se situe au niveau de l’œil (rétinopathie), du rein (néphropathie) ou du nerf (neuropathie) constitue une complication caractéristique du diabète.

La macroangiopathie

Par opposition à la microangiopathie qui touche la microcirculation, on désigne sous le terme de macro angiopathie diabétique, l’atteinte des artères musculaires allant de l’aorte jusqu’aux petites artères distales d’un diamètre supérieur à 200 μm. Elle se manifeste par une athérosclérose, une atteinte cardiovasculaire, infarctus du myocarde, ischémie cornéenne.

Comments

comments

Laisser un commentaire