SHARE
Bordetella
Bordetella

Bordetella est un genre de petits coccobacilles à Gram négatif du phylum Proteobacteria. Les espèces de Bordetella, à l’exception de B. petrii, sont des aérobies obligatoires, très exigeants ou difficiles à cultiver. Toutes les espèces peuvent infecter les humains.

Classification

Règne : Bacteria.

Embranchement : Proteobacteria.

Classe : Beta Proteobacteria.

Ordre : Burkholderiales.

Famille : Alcaligenaceae.

Genre : Bordetella.

Espèces : pertussis, B parapertussis, B bronchiseptica, B avium, B hinzii, B holmesii, B termatum.

Habitat

Les Bordetella sont retrouvées dans les muqueuses resperatoires de l’homme, des mammifères et des oiseaux.

L’homme est le seul rèservoir de Bordetella pertussis.

Caractères bactériologiques

Morphologie

Coccobacilles 0.5 à 1 µm de longueur et 0.2 à 0.4 µm de diamètre, immobile, peut être capsulé.

Au Gram : coccobacilles à Gram négatif, à coloration bipolaire, souvent en diplocoques, rarement en chainettes.

Culture

Température de 35°c, atmosphère enrichie en humidité, Temps d’incubation de trois à sept jours, Milieux enrichis : le Bordet Gengou au sang de mouton, l’aspect des colonies est caractéristique, en gouttelette de mercure et hémolytique c’est la phase I.

Caractères biochimiques

Respiration aérobie, Métabolisme oxydatif, Catalase positif, Oxydase Positif et sans activité glucidolytique.

Facteurs de virulence

Fixation des bactéries sur les cellules ciliées de l’appareil respiratoire et la destruction des cellules.

Multiplication de la bactérie dans la trachée et les poumons.

Hyper lymphocytose.

Les adhésines

Fimbriae : Cellules épithéliales des macrophages.

Pertactine : Les macrophages et des lymphocytes.

Hémagglutinine filamenteuse : elle se lie à la surface des cellules épithéliales et pénètre dans les macrophages.

Les toxines

  • Toxine pertussique (PTX): hyper lymphocytose.
  • Adénylate-cyclase hémolysine: hémolytique et permet à la bactérie de pénétrer dans la cellule.
  • Toxine dermonecrotique : elle est thermolabil et detruit les cellules ciliées.
  • Toxine cytotrachéale : détruit le mécanisme de la clairance ciliaire et empechant sa répartation.

Profil antibiotique

Les β-Lactamines n’ont pas d’action sur les Bordetella.

On utilise les Macrolides : Erythromycine, Azythromycine, Josamycine.

Chez les adultes : Cotrimoxazole, Ciprofloxacine.

Forme de l’enfant non vacciné

Le contage par voie respiratoire et une incubation de 7 jours à 15 jours.

  • La phase catarrhale.
  • La phase d’état : La toux devient insistante caractérisée par des quintes qui sont des accès répétitifs et violents de secousses expiratoires de toux sans reprise inspiratoires efficaces, entrainant une congestion du visage voire une cyanose finissant par une reprise inspiratoire sonore en chant de coq. Les quintes s’accompagnent souvent de vomissements.
  • Phase de convalescence : une toux non quinteuse.

Forme du nourrisson non vacciné

Une toux quinteuse, prolongée émétisante, et cyanosante, la toux présente un caractère spasmodique sévère, avec des accès d’hypoxie prolongés, apnée, bradycardie, des vomissements entrainant une déshydratation et une dénutrition.

Forme de l’enfants de l’adulte immuns

Une toux plus ou moins quinteuse mais souvent prolongée en moyen de 21 jours.

On peut avoir une toux sévère quinteuse et émétisante, nocturne, entrainant une grande fatigue et un amaigrissement.

Le diagnostic bactériologique

  • Le prélèvement : l’aspiration naso-pharyngée.
  • Culture : est peu sensible.
  • Biologie moléculaire : utilisant « polymerase chain reaction » détection des séquences d’ADN par amplification génique (PCR), promoteur de la toxine pertussique.
  • Sérologie : La sérologie est précieuse pour rendre le diagnostic au cas où le diagnostic est évoqué tardivement. La sérologie ne peut faire la différence entre anticorps infectieux et vaccinaux. La sérologie peut être réalisée chez les enfants de plus de 3 ans.

Prévention

Un vaccin a été fabriqué à partir de 1923 avec des suspensions bactériennes détoxifiées et inactivées par la chaleur. Ce vaccin est utilisée au USA à partir de 1930 et en Angleterre en 1950, dont l’efficaité a été prouvée et la vaccination s’est généralisée et recommandée par l’OMS. Le vaccin acellulaire la toxine pertussique seule ou associée à des agglutinogènes, ce vaccin a été utilisé en premier en 1981 au japon, et s’est généralisé dans les pays développés entre 1992 et 1996.

Comments

comments

NO COMMENTS

Laisser un commentaire